Paroles des Artisans engagés dans le Réseau Construire Sain :

CONSTRUIRE SAIN EN CŒUR D'HÉRAULT : LE "UN POUR TOUS, TOUS POUR UN" DU BÂTIMENT ÉCOLO

Ils ne sont pas quatre mais douze, et ne sont pas mousquetaires, mais artisans. Ils font de la maçonnerie, de l’isolation, des énergies renouvelables ou de la construction bois… Et ils le font en mode « éco », en se soutenant les uns les autres. Construire Sain en Cœur d’Hérault, réseau d’artisans qui s’inscrit dans une démarche de qualité environnementale, humaine et technique, soufflera bientôt sa demi bougie.

« Il faut arrêter de scier la branche sur laquelle on est assis », lance Raphaël Chadi, artisan dans la construction bois. Un principe métaphorique qui l'a poussé à fonder le réseau Construire Sain en Cœur d’Hérault, avec neuf de ses confrères artisans, en mars dernier. « Le jour du printemps », précise-t-il, comme pour mieux exprimer un désir de renouveau. L'association est réservée aux artisans de l’éco-construction du cœur d’Hérault – région qui s’étend de Montpellier jusqu’au plateau du Larzac. Elle a pour objectif de faire connaître les professionnels s'inscrivant dans des "bonnes pratiques". La structure permet à ses adhérents de favoriser l'entraide, la coopération, notamment en matière de formation. Comment ? Via une forme de cooptation, chaque membre devenant le garant moral des autres, et s'engageant à recommander ses confrères auprès de ses clients.

Matériaux écologiques et locaux

Et le succès est au rendez-vous ! D’autres artisans ont rejoint le collectif « déjà débordés », se réjouit Raphaël Chadi. Le groupe réfléchit d’ailleurs à la possibilité d’engager quelqu’un pour la communication et la coordination du projet. Pour adhérer il faut s'acquitter d'une cotisation annuelle de 150€ et surtout il faut être en phase avec les critères de la charte écologique de l'association.

Les matériaux utilisés sur les chantiers de ces éco-artisans doivent être au maximum locaux, renouvelables, biodégradables, recyclables, solides et à faible énergie grise (l’énergie nécessaire pour la production, l’extraction, la transformation, etc. d’un produit). Des conditions qui, selon Raphaël Chadi, relèvent de l’évidence, tout d’abord pour leur aspect sanitaire : « Les produits naturels sont moins nocifs que les produits de synthèse », rappelle-t-il. Mais l’éco-construction est également la garantie d’un plus grand confort : « les isolants écologiques, par exemple, sont plus performants que les conventionnels, ce qui permet un confort d’été augmenté ». Enfin, tout cela contribue à faire tourner l’économie locale en développant les filières courtes.

"Cercle vertueux"

Raphaël Chadi estime que l’association, soutenue par le syndicat mixte de développement local, Sydel Pays Cœur d’Hérault, participe à un véritable « cercle vertueux », et espère bien que ce projet leur permettra de concurrencer « les grosses sociétés qui surfent sur la vague de l’écologie ». Comme quoi, même sans épée et chapeau à plumes, il est possible de s’unir contre plus gros que soi, et de défendre ses convictions.

Article du 16/08/2017

Fermer le menu